J'ai connu Pierre, l'auteur de ce reportage, il y a bien longtemps, lors de l'Hivernale à l'ancienne, du MCP CELT'HYC POCRASSE, à Dhuison, du côté de Blois. Nous étions tous nettement plus jeunes, et en ce qui me concerne plus résistante car il fallait tenir le choc ! Au programme souvent la neige, mais la boue et le froid, c'est certain ! Feux de camp et casse croûte autour des bivouacs. Vin chaud, bibine et pour la touche finale, le p'tit déj avec les CDLR bretons : café accompagné de crêpes aux saucisses. Voilà qui fait du bien, un p'tit retour vers ma jeunesse… Mais place au héros du jour, c'est Pierre, et voici son récit.
Coco

Reportage et Photo Pierre Hocquel Chevalier De La Route de Muzillac (56).

Retour vers ma jeunesse

 

 

À 72 ans, après un arrêt de 9 ans et demi, je me suis remis en selle, sur ma Yamaha 950 XV Bolt, pour rejoindre le village où j’ai passé la plus grande partie de mon enfance.

Je m’étais fixé la remontée du Danube, car je suis né en Autriche, y ai vécu jusqu’à 5 ans et demi (vers Innsbruck). Suite à l’épidémie Corona, j’ai opté pour le Vaucluse, La Roque-sur-Pernes, village où j’ai résidé de 1954 à 1969.

 

La maison près de la fontaine
Couverte de vignes vierges
Et de toiles d'araignée
Sentait la confiture et le désordre
Et l'obscurité
L'automne
L'enfance
L'éternité
Extrait « La maison près de la fontaine » Nino Ferrer

 

Mon but : traverser la France (Bretagne - Vaucluse). J’habite actuellement à Muzillac, dans le Morbihan.

Ayant déjà fait Paris - Berlin en 125 Intruder (article passé dans le JDM de l’époque), je me suis dit que je pouvais le faire en 950. J’ai dû attendre les opérations de cataractes pour pouvoir me mettre en route. Visite contrôle le 5 août, départ dès le 6 ! GAZZZZ…

 Mon trajet : Muzillac, Nantes, Poitiers, Limoges, Clermont-Ferrand, Aubenas (par le col de la Chavade ), Orange, Carpentras et La Roque-sur-Pernes.

Arrivé sur le Vaucluse, j’avais plein de projets en tête. Revoir mon village, ma famille encore existante dans les environs, les copains d’enfance avec lesquels j’avais créé un foyer des jeunes et une équipe de foot, un copain d internat 53 ans après (retrouvailles merveilleuses).

J’ai donc commencé la tournée des grands ducs.

D’abord chez ma fille Deborah, qui m’a hébergé chez elle en Avignon, dans son petit studio provisoire, ce qui m’a permis de naviguer tranquillement sur la région et de réaliser mes projets touristiques, familiaux et amicaux.

Mes balades se sont déroulés autour du Mont-Ventoux : Gorges de la Nesque, Venasque, Pernes-les-Fontaines, Saint-Didier, La Roque, etc. et les départements limitrophes du 13 et 30.

N’ayant pu revoir le Pont du Gard tel que je le connaissais (trop loin des parkings payants et donc invisible), je me suis rabattu sur Beaucaire et Tarascon, sans Tartarin, l'abbaye Saint-Michel de Frigolet, et surtout Avignon, sous une chaleur écrasante avec des sens interdits de partout et donc une circulation impossible : marche à pied obligée avec blouson, casque et sac à dos, je n’ai jamais autant transpiré. Ne nous plaignions pas, je me suis régalé, comme un petit jeune.
Mais tout a une fin.

Le retour vers la Bretagne a été animé : je suis passé par les Gorges de l’Ardèche avec son Vallon Pont d’Arc, que j’ai photographié par derrière, ne pouvant se garer devant.

Puis, des averses m’ont fait arrêter en bord de nationale dans le village de Sauviat-sur-Vige à l’Auberge de la Poste, que je recommande. J'ai donc pu reprendre des forces pour le lendemain.

 

Aller / retour et les balades, en Provence = 3300 km.
Arrivée en Bretagne, lessivé, mais heureux.
Peut-être l’Autriche en 2021, qui sait ?

 

Bonne Adresse
À Sauviat-sur-Vige dans la Haute Vienne
L’Auberge de la Poste
Cadre chaud et agréable ainsi que l’accueil.

 

ecrire article moto

Voir les photos en cliquant sur l'onglet